Simulation, Deep Fakes et intelligence artificielle (Vincent Bergeron, U. Laval (Canada), Massimo Leone, U. de Turin (Italie))

Home / Simulation, Deep Fakes et intelligence artificielle (Vincent Bergeron, U. Laval (Canada), Massimo Leone, U. de Turin (Italie))
Chargement Évènements
29 octobre Vendredi

Simulation, Deep Fakes et intelligence artificielle (Vincent Bergeron, U. Laval (Canada), Massimo Leone, U. de Turin (Italie))

29 octobre 2021, 10:00 - 29 octobre 2021, 12:00

10h-12h (Qc) / 16h-18h (Fr)

Vincent Bergeron
Université Laval

« Deepfake : De la désinformation à l’hyper-personnalisation »

L’hypertrucage (mieux connu sous Deepfake), est une technologie de synthèse audiovisuelle basée sur l’intelligence artificielle qui révolutionne déjà la création de contenu et permettra d’affecter grandement plusieurs industries au cours des prochaines années, dont celle des médias et du divertissement. Ceci dit, elle peut également être utilisée à des fins de désinformation et aux fins de causer des dommages importants. La présentation visera à faire un tour d’horizon de cette technologie et de ses impacts aussi prometteurs que préoccupants, en touchant notamment aux questions juridiques et de propriété intellectuelle.

Vincent Bergeron – Associé, avocat et agent de marques de commerce; Leader du groupe des technologies émergentes chez ROBIC
Vincent Bergeron est Leader du Groupe des Technologies émergentes chez ROBIC, où il se spécialise en matière de protection, de défense et de valorisation des actifs de propriété intellectuelle reliés aux technologies émergentes, notamment en matière d’intelligence artificielle et de modèles d’affaires basés sur la valorisation des données. Il pratique également en matière de vie privée, droit d’auteur, marques de commerce, brevets, dessins industriels, secrets commerciaux et transferts technologiques (licensing).
Auteur de plus de 180 publications et conférences, il a été invité à titre de conférencier en matière de propriété intellectuelle et de technologies émergentes par plusieurs organisations prestigieuses à travers le monde. Il est reconnu notamment par les répertoires Best Lawyers in Canada et Lexpert en droit de la propriété intellectuelle et en droit des technologies, et a récemment été reconnu à titre de « Lexpert Rising Stars : Leading Lawyers Under 40 » au Canada.
Il siège également sur plusieurs conseils d’administration canadiens et internationaux, dont notamment sur celui du Licensing Executives Society (USA & Canada) ou sur celui de la plateforme de financement participatif La Ruche, dont il est l’un des cofondateurs.

 

Massimo Leone
Université de Turin

« La méthode morellienne à l’épreuve du numérique »

En communication, l’anonymat est une condition qui permet au destinateur d’un message de dissimuler au destinataire la totalité ou une partie de son identité publique. Dans le passé, dans différentes cultures et périodes historiques, l’anonymat a été adopté afin de protéger le destinateur d’éventuelles réactions du destinataire, de sorte que ce dernier pouvait recevoir un message généralement considéré comme désagréable, ou ayant des effets négatifs, sans pouvoir exercer de représailles contre la personne physique du destinateur. Des « pasquinate » du XVIe siècle aux exploits numériques de Anonymous au XXe, l’anonymat a souvent été adopté pour protéger les membres d’une minorité critique des réactions d’une majorité répressive. Toutefois, avec l’avènement de la communication numérique et l’extrême facilité de créer des avatars à son gré, l’anonymat s’est non seulement répandu en tant que choix communicatif (des commentaires aux articles dans les journaux en ligne au trolling), mais il a également changé de signe, dans le sens qu’il ne cache plus une minorité oppressée mais, souvent, une multitude majoritaire et agressive, bien que dispersée sous mille pseudonymes. La communication proposée ici entend explorer les conséquences sémiotiques et éthico-philosophiques de cette tendance, se concentrant en particulier sur l’invisibilité, l’anonymat, et la ventriloquie dans la communication contemporaine. Peut-on encore parler de communication responsable lorsque l’identité est systématiquement dissimulée sous des masques numériques ? La communication tentera de répondre à cette question en adoptant un cadre de réflexion sémiotique et pragmatique.

Massimo Leone – Ancien élève de l’École Normale Supérieure et de l’École Française à Rome ; Doctorat auprès de l’EPHE-Sorbonne ; Professeur ordinaire de Sémiotique, Sémiotique visuelle, Sémiotique de la Culture et Philosophie de la Communication auprès du Département de Philosophie et Sciences de l’Éducation de l’Université de Turin, Italie ; Professeur à temps partiel de Sémiotique auprès du Département de Langue et Littérature Chinoises, Université de Shanghai, Chine. Auteur d’une quinzaine de volumes, éditeur d’une quarantaine d’ouvrages collectifs, auteur de près de cinq cent articles dans des revues scientifiques, professeur invité dans les cinq continents (en France, Professeur invité à la Sorbonne, au Collegium de Lyon, au Centre d’Études Avancées de Paris-Seine, auprès de la Fondation Maison des sciences de l’homme). Bénéficiaire d’un financement ERC « Consolidator » (2019-2024) ; rédacteur en chef des revues Lexia (Aracne) et Semiotica (De Gruyter) ; directeur des séries « I saggi di Lexia » (Aracne), « Semiotics of Religion » (De Gruyter) et « Advances in Face Studies » (Routledge).

Détails
Date : octobre 29
Heure : 10 h 00 min - 12 h 00 min
Catégorie d'ÉvènementSéminaires Arcanes automne 2021
Lieu
Venue Name: En ligne
Organisateurs
Organizer Name: Renée Bourassa
Organizer Name: Jean Marc Larrue
Organizer Name: Samuel Szoniecky
Organizer Name: Fabien Richert